Forough Farrokhzâd

Pour situer cette poétesse merveilleuse, voici quelques éléments biographiques. Elle est née le 5 janvier 1935 à Téhéran dans une famille de militaires, et morte le 13 février 1967 dans la même ville d'un accident de voiture. Elle a passé seulement 32 années sur Terre et quel travail elle a accompli ! A 17 ans elle publiait son premier recueil de poèmes : Captive اسیر dans lequel elle clamait son amour pour son bien-aimé, d'une façon qui n'était pas bien vue dans la société iranienne. Le seul fait d'exprimer ses sentiments pour une femme était inconvenant, alors écrire et publier des poèmes débordants d'amour, de tristesse et d'émotions de toutes sortes... Elle faisait un grand pas en avant pour libérer l'expression des femmes ! Faire évoluer le statut de la femme dans la société faisait partie de ses buts. Dans ses poèmes, elle exprime aussi toutes ses douleurs, l'impossibilité d'aimer son bien-aimé, car elle a durement lutté contre sa famille et la famille de son mari avant de pouvoir leur imposer leur mariage, l'impossibilité d'aimer son fils qu'elle a été forcée d'abandonner et qu'elle n'a plus jamais revu après leur divorce, les difficultés pour vivre sa vie et son art, qui lui donnaient le sentiment de vivre enfermée dans une cage.

Dans ses poèmes, nous retrouvons ce qu'est ressentir la flamme de l'amour nous brûler et devoir l'étouffer car, ne pouvant la partager, elle devient une souffrance qui nous consume et nous détruit. Nous savourons une délicate sensualité exprimée avec finesse, recouvrant et découvrant une passion puissante. Ses autres recueils : le Mur, la Rébellion, Une Autre Naissance, Croyons à l'Approche de la Saison Froide, suivront le cours de sa vie avec la même recherche de libération de l'amour, de l'expression de l'amour et de sa réalisation et sa circulation dans notre monde.

Forough Farrokhzâd a ensuite suivi des études cinématographiques en Angleterre en 1959. Elle a joué dans un film, La Proposition, mais c'est en tant que réalisatrice qu'elle marqua le monde du cinéma et qu'elle vécut et montra son expérience de l'amour la plus profonde. Elle déménage à Tabriz en 1962 et, à la demande de la léproserie de la ville dans le but d'améliorer la condition des lépreux, elle réalise le court métrage La Maison est Noire خانه سیاه است avec le réalisateur Ebrahim Golestan. Le leitmotiv du film est le suivant : « La laideur sévit dans le monde. Il y en aurait davantage si l’homme fermait les yeux. Mais l’homme trouve des remèdes. Sur cet écran, vous verrez maintenant des images d’une laideur, d’une douleur que la justice humaine ne peut pas se permettre d’ignorer. Remédier à ce fléau, aider à guérir cette maladie et aider ces malades ont été la motivation et l’espoir des créateurs de ce film ». Dans ce court métrage de "cinéma poésie" plus que documentaire, on y voit la vie des lépreux dans leurs gestes quotidiens, en écoutant la voix de Forough déclamer ses poèmes. Derrière les fortes émotions que l'on ressent en regardant ces images et en écoutant ces vers, on redécouvre, derrière la laideur de la maladie, la souffrance des malades, leur humanité, leur beauté, l'amour qu'il y a en eux. Arriver à retrouver l'amour derrière une telle barrière, le montrer et le faire partager de la sorte en fait l'oeuvre la plus aboutie de Forough dans ce but. Vous pouvez retrouver le film avec son histoire et son commentaire en cliquant ici : La Maison est Noire. A la suite de ce tournage, elle a adopté un enfant de lépreux.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now